Que les Ténèbres fuient

{
Que les ténèbres fuient,
Il y eut un soir et un matin et puis le soir est revenu
Sans faire de bruit, calme, serein
Toujours discret mais assidu
Nos yeux se sont habitués à vivre avec peu de lumière
Laissant le soir se refermer, figer du noir à nos paupières
Dormons! Puisqu’il fait déjà nuit; à quoi bon vivre et batailler
Laissons l’envie duper la vie, laissons le soir nous envouter
Et puis soudain une étincelle! Un rien de vie dans la nuit noire
Le souvenir d’un bout de ciel, d’un héritage à faire valoir
Je suis ! Et je le dis bien haut, un des enfants de la lumière
Un combattant, un chant nouveau, le bras armé du tendre Père
Armé d’amour, de bienveillance, mais d’une ferme volonté
Celle d’enfin sortir du silence , vêtu son autorité
Que les ténèbres fuient alors ! Devant cet amour acharné
Qu’au jeu de l’ombre de la mort, s’oppose un feu d’éternité

S. Grosso

Détails - Prix

Format : 92x 65 cm

A crylique et Technique mixte sur lin et partie en soie

Prix : 2150 €

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.